Les éléments qui constituent un parapluie

Aujourd'hui on passe en revue les différents éléments constitutifs du parapluie. Souvenez-vous il y a déjà quelques mois, j'avais partagé avec vous sur ce blog la nomenclature d'un parapluie. Dans la lignée de précédent billet (que vous pouvez d'ailleurs consulter sur ce blog), j'ai décidé de développer un peu chaque composant d'un parapluie.

 

Avant de rentrer dans le détail, je vous propose une petite piqure de rappel avec la nomenclature d'un parapluie droit :

nomanclatureparapluiedroit

Les éléments constitutifs du parapluie : La toile

La toile est appelé canopy en Anglais. Il s’agit du tissu qui recouvre le parapluie. Souvent conçu en polyester car ce matériau est très résistant et ne se dégrade pas sous l’effet de la pluie et du soleil. On trouve aussi des toiles en coton, en nylon et en PVC pour les modèles transparents. Certaines toiles sont traitées au Teflon. Le Teflon permet de faciliter l’écoulement de la pluie et protège contre les moisissures. Les parapluies ainsi traités sèchent beaucoup plus rapidement que les autres.

 

Les éléments constitutifs du parapluie : La plaque

La plaque est appelé cap en Anglais. La plaque est positionnée au sommet du parapluie entre la toile extérieure et le mat. Elle évite que l’eau ne vienne couler le long du mât en la redirigeant sur le toile du parapluie. Pour améliorer encore cette étanchéité, on trouve une petite rosette entre la plaque et la toile, une sorte de joint d’étanchéité. Il n’y a pas de plaque sur les parapluies pliants mais uniquement un embout qui fait office de plaque et de joint d’étanchéité.

 

Les éléments constitutifs du parapluie : La tape à terre

La tape à terre est appelée ferrule en Anglais. Comme son nom l’indique, la tape à terre est l’embout positionné sur le bout du parapluie et qui protège le parapluie des contacts avec le sol. Les parapluies ayant un mât en bois ont une tape à terre en plastique ou en nylon.

 

Les éléments constitutifs du parapluie : Les baleines

Les baleines sont appelées ribs en Anglais. Le terme baleine vient du fait que les premiers parapluies utilisaient des fanons de baleine. Ils avaient l’avantage d’être flexible et très résistant. Les fanons ont ensuite été remplacé par l’acier, résistant, mais avec l’inconvénient d’alourdir le parapluie et de pouvoir rouiller au contact prolongé de l’eau. Pour alléger le parapluie, l’Anglais Samuel Fox eut l’idée de créer des baleines en acier en forme de U. Plus léger et plus résistant cette invention est toujours utilisée aujourd’hui. Les matériaux ont par contre changé au fil du temps. De l’acier, nous sommes passées à l’aluminium qui est léger et ne rouille pas, le bois de bambou ou le jonc pour les modèles très haut de gamme et les matériaux composites comme la fibre de verre pour faire des parapluies très résistants voir incassables.
Ce sont les baleines qui supportent la toile et qui assurent une bonne résistance du parapluie. Elles jouent aussi un rôle déterminant dans la forme finale du parapluie ouvert. Leurs souplesses, leurs longueurs permettent par exemple de faire des parapluies de formes différentes. En général, on a entre 6 et 12 baleines par parapluie. 6 ou 8 pour les parapluies pliants, 10 à 16 baleines pour les parapluies à grande envergure. En général, un parapluie possède un nombre pair de baleines sauf pour le parapluie de berger qui compte 9 baleines. On a aussi des parapluies avec des baleines de longueurs différentes ce qui permet d’avoir des toiles carrés par exemple. Une fois replié, les baleines viennent se ranger le long du mât. Elles sont liés au mât (shaft) du parapluie via le coulant (runner) et la noix (top notch).
La baleine est un des éléments le plus fragile. C’est souvent cet élément qui cède en premier sur les parapluies bas de gamme.

 

Les éléments constitutifs du parapluie : La noix

La noix est appelé notch ou top notch en Anglais. Située au milieu de la toile, la noix est fixée sur le mât. C’est le point central du parapluie sur lequel viennent se lier toutes les baleines. Le plus souvent, elle est constitué en matière plastique. On trouve sur des parapluie de très haute qualité des noix en acier.

 

Les éléments constitutifs du parapluie : Le coulant

Le coulant est appelé runner en Anglais. Que le parapluie soit automatique ou manuel, c’est toujours le coulant qui permet l’ouverture ou la fermeture du parapluie en coulissant le long du mât. C’est sur le coulant que sont fixées les fourchettes. En le coulissant du bas vers le haut, on fait remonter et décoller les fourchettes du mât ce qui permet de tendre la toile.

 

Les éléments constitutifs du parapluie : Le mât

Le mât est appelé shaft ou stick en Anglais. Le mât est la colonne vertébrale du parapluie sur lequel toute les pièces viennent prendre appui. Il peut être constitué de différentes d’essence de bois, d’aluminium, d’acier, de plastique, de fibre de verre ou de carbone.
La longueur moyenne d’un mât est d’environ 95 cm.

 

Les éléments constitutifs du parapluie : Les ressorts

Les ressorts sont appelés springs en Anglais. Un parapluie contient généralement deux ressorts. Le ressort du haut (top spring) qui permet de maintenir le parapluie en position ouverte et le ressort du bas (bottom spring) qui permet de le laisser fermer. Les ressorts sont dissimulés dans le mât.
Les parapluies automatiques ont des ressorts assez puissants qui permettent juste en appuyant sur un bouton d’ouvrir ou de fermer le parapluie. Souvent, les parapluies sont automatiques à l’ouverture et la fermeture reste manuelle. En effet, le ressort est amorcée manuellement lors de la fermeture du parapluie (vous sentez alors une petite résistance à la fermeture) et le fait de le débloquer en appuyant sur le bouton d’ouverture permet de libérer ce ressort et d’ouvrir le parapluie.

 

Les éléments constitutifs du parapluie : Les fourchettes

Les fourchettes sont appelées stretcher en Anglais. Il y a autant de fourchettes que de baleines. Chaque baleine est en effet relié au coulant via une fourchette. C’est cet élément qui donne au parapluie sa forme finale. Plus la fourchette est courte, plus le parapluie aura une forme de bulle. A l’inverse, une longue fourchette donne une toile du parapluie très allongée. Les fourchettes sont dans le même matériau que les baleines. La forme en U très utilisé pour les baleines l’est aussi pour les fourchettes. Lors de l’assemblage d’un parapluie, c’est l’association baleines-fourchettes qui constitue la première étape. Les fourchettes viennent ensuite se fixer une par une dans le haut du coulant.

 

Les éléments constitutifs du parapluie : Les aiguillettes

Les aiguillettes sont appelées tips en Anglais. Ce sont des petites pièces métalliques ou plastiques qui sont d’abord cousues à l’extrémité de la toile et ensuite fixer sur chaque baleine.

 

Les éléments constitutifs du parapluie : La poignée

La poignée est appelée crook handle en Anglais. Elle est de différents types (et matériaux) suivant les modèles.

blogelementsparapluie1

Partager sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle
error check_circle
Paiement sécurisé
Commandez en toute sécurité
Satisfait ou remboursé
Livraison rapide
Colissimo ou Mondial Relay

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye
Vous êtes client Amazon ? Payez désormais avec les informations de paiement et les coordonnées stockées dans votre compte Amazon.

Vous avez un compte Amazon ? Connectez-vous avec votre compte Amazon et essayez la commande Express

Connexion avec

J'ai déjà un compte,